Méthode Montessori les grands axes

De nombreuses activités, des jeux, des livres et même des écoles se réclament de la méthode Montessori. C’est que cette pédagogie alternative jouit d’un grand succès auprès des parents comme des professionnels de l’enfance.

Ce large plébiscite s’explique par les excellents résultats constatés auprès de nombreux enfants du monde entier, en termes d’apprentissage et de développement personnel.

Mais sur quels principes cette méthode éducative alternative repose-t-elle exactement ? Zoom sur les grands axes de la méthode Montessori.

L’indépendance encouragée par Montessori

Comme pour les méthodes éducatives traditionnelles, Montessori tend à mener l’enfant vers l’indépendance, en lui transmettant savoirs et compétences. Aussi, Montessori vise à aider l’enfant à structurer et affirmer sa personnalité. Cette méthode alternative se distingue par son approche de l’enfant.

L’esprit absorbant

Pour Montessori, l’enfant est un être capable. Et ce, dès son plus jeune âge. Avec cette approche, il s’agit de s’appuyer sur les capacités innées et les dons naturels de l’enfant pour les développer, et l’amener à étoffer ses connaissances et ses compétences.

Car Montessori admet que l’enfant est naturellement doté de curiosité, et que celle-ci l’amène à vouloir découvrir et comprendre ce qui l’entoure. Comme une motivation naturelle et inconsciente, cette qualité est au cœur des apprentissages. 

Maria Montessori définit le concept d’esprit absorbant. Notamment, l’enfant observe et imite les comportements des individus qui évoluent autour de lui. C’est par exemple ainsi que l’enfant acquiert la marche et la parole. 

Il s’agit donc de ne pas réfréner la curiosité de l’enfant, de le laisser aller vers ses centres d’intérêt pour apprendre sans y penser. C’est l’éveil naturel. 

les axes de la méthode montessori

Expérimenter pour apprendre

Pour développer son autonomie et ses savoirs, l’enfant qui profite de la pédagogie Montessori est autorisé, et même incité, à manipuler, tester, essayer. 

Toucher, vue, odorat, goût, ouïe, les sens sont stimulés et jouent un rôle essentiel dans la découverte de l’environnement alentour et les apprentissages. 

L’enfant est libre d’aller vers ce qui l’attire naturellement, instinctivement, et de mener ses propres expériences. Ainsi, il apprend de ses réussites comme de ses échecs. 

Créer un environnement Montessori 

L’enfant jouit d’une grande liberté pour aller et venir dans un espace Montessori (zone d’espace avec un tapis montessori, un miroir montessori, quelques jouets montessori etc). La motricité y est stimulée au maximum. 

Pour qu’il puisse évoluer en toute sécurité et développer son autonomie, l’environnement dans lequel il progresse doit être adapté à l’enfant. 

Ainsi, dans un milieu Montessori, les objets et les activités restent accessibles, sans que l’intervention de l’adulte ne soit requise outre mesure. Le mobilier est aussi manipulable sans danger par un enfant tout en étant adapté à sa taille. 

L’expérience de la vie

Le travail scolaire classique, assis à un bureau devant un livre ouvert avec son cahier et son crayon n’est pas exempt dans la méthode Montessori. Mais l’apprentissage va au-delà et l’expérience de la vie y tient la part la plus importante. Tout est prétexte à apprendre : les ateliers cuisine dès le plus jeune âge sur tour d’observation montessori, la pratique sportive, les visites pédagogiques, les expériences scientifiques… Les classes vertes sont d’ailleurs très fréquentes pour les élèves Montessori

La gestuelle, le faire par soi-même, l’expérimentation et l’appropriation suscitent l’intérêt et stimulent la mémorisation. À travers cette méthodologie, Montessori amène à stimuler à la fois l’intellect et la motricité.

méthode montessori

Un accompagnement individualisé pour l’enfant

Montessori considère l’enfant en tant qu’individu et la pédagogie s’adapte à son rythme.

Le rôle de l’adulte : guider l’enfant 

Si Montessori laisse une grande liberté à l’enfant et repose beaucoup sur son indépendance, il n’en est pas pour autant livré à lui-même. L’enfant a besoin d’être accompagné dans ses apprentissages. 

L’adulte sert de modèle, en expliquant et en montrant à l’enfant certains gestes. Il est présent pour répondre à ses questions, mais sans s’imposer. Il doit savoir se mettre en retrait pour laisser l’enfant expérimenter par lui-même et faire des erreurs. 

Aussi, l’adulte suggère des activités à l’enfant pour le faire progresser. Il est force de proposition et peut orienter subtilement l’enfant. C’est lui qui choisit les différentes activités à mettre à disposition de l’enfant, même si ce dernier choisit celle qu’il veut faire.

Aussi, l’enfant n’est pas sur-stimulé. Sa concentration est respectée en laissant le calme et le silence s’installer, et en lui laissant suffisamment de temps pour aller au bout de son activité.

Les périodes sensibles

Maria Montessori identifie des périodes sensibles chez l’enfant, durant lesquelles il est plus apte à acquérir certaines connaissances et compétences.

L’accompagnement de l’enfant tient compte de celles-ci pour le faire progresser dans ses apprentissages. 

Les progrès vis-à-vis du langage, de la motricité, de l’ordre, du développement des sens, de la sociabilisation et de la motricité fine sont ainsi remarquables à des âges spécifiques.

Responsabilisation, confiance et auto-correction

En laissant une grande liberté à l’enfant pour ses gestes et ses mouvements, l’adulte montre une réelle confiance en l’enfant. 

L’enfant est responsabilisé et acquiert de la discipline. Autonome, il est en capacité de s’auto-corriger. À travers la pédagogie Montessori, il apprend notamment à devenir ordonné et méthodique, à s’organiser, à se respecter et à respecter autrui. C’est excellent pour le développement de l’enfant.

les grands axes montessori méthode

Montessori et la notion de groupe

Montessori s’attache donc beaucoup à considérer l’enfant en tant qu’individualité. Pour prendre en compte le rythme propre à chaque enfant, les activités individuelles sont majoritaires dans la pédagogie Montessori. Mais la notion de groupe a aussi son importance, comme les activités collectives dans les écoles.

  • Dans une famille ou une classe Montessori, l’entraide, l’échange et la communication sont de mise au sein du groupe.
  • Tous les enfants partagent avec les autres leurs découvertes, leurs échecs, leurs savoirs, pour créer une émulation.
  • Le cadre est clairement défini, les décisions souvent prises de façon collégiale pour que chacun y adhère.
  • Dans les écoles Montessori, les salles de classes sont souvent inter-niveaux, considérant le fait que les enfants n’évoluent pas tous au même rythme. Le brassage d’individus de différentes tranches d’âge permet aux uns et aux autres de se stimuler sur différents items.

Bien que ses travaux remontent aux années 1900, la méthode Montessori est plus que jamais d’actualité. Elle créée des émules avec une offre d’activités Montessori toujours plus grande (livre montessori, ateliers montessori, projets pédagogiques…). Et la demande est au rendez-vous. L’intérêt pour les méthodes pédagogiques alternatives va grandissant, de la crèche à l’école élémentaire en passant par la méthode montessori à la maison.