Tout savoir sur l’échographie pelvienne : déroulé et conseils

echographie pelvienne comment ca se passe

Si le mot échographie ne vous est pas inconnu, celui de pelvienne l’est peut-être. Pourtant, l’échographie pelvienne est régulièrement effectuée, que ce soit pour les femmes ou pour les hommes. Cette intervention ne dure en général pas plus de trente minutes sans douleur ni risque.

À travers cet article, vous allez découvrir ce qu’est exactement une échographie pelvienne, comment elle se déroule, dans quel cas en effectuer une, mais aussi quelques conseils avant de passer entre les mains expertes de l’échographiste.

Échographie pelvienne : définition

Vous connaissez certainement déjà le principe d’une échographie ? C’est un examen d’imagerie médicale qui permet de visualiser certaines parties à l’intérieur du corps à l’aide d’ultrasons. L’échographie pelvienne permet de visualiser une partie bien précise, celle du pelvis (sous la hanche). À l’aide de cette échographie, le médecin pourra alors visualiser les organes pelviens et ainsi voir si le/la patient.e présente une pathologie ou des anomalies.

En effectuant ce type d’échographie, l’échographiste pourra visualiser les ovaires, l’utérus et la vessie chez la femme.

Les hommes peuvent également être examinés, ce qui permettra de visualiser la vessie et la prostate. À l’aide d’un doppler, il est également possible de voir les veines iliaques et les artères, ce qui permet un examen plus approfondi.

Comment se passe une échographie pelvienne ?

L’échographie pelvienne se pratique dans un cabinet de gynécologie ou de radiologie. L’examen dure environ trente minutes.

Il existe trois techniques pour pratiquer une échographie pelvienne :

  • Par voie sus-pubienne. Après l’application d’un gel qui facilite la diffusion des ultrasons, la sonde est directement posée au-dessus du pubis. Le praticien déplacera lentement la sonde sur la peau afin de percevoir au mieux les organes étudiés. Pour une meilleure visualisation, le/la patient.e est en position couchée sur le dos, le ventre découvert jusqu’aux cuisses.
  • Par voie intravaginale. Recouverte d’un préservatif et de gel, la sonde adaptée à cette pratique est introduite dans le vagin de la patiente afin de permettre une meilleure visualisation de l’utérus, de la vessie et des ovaires. Pour effectuer cette échographie, la patiente est allongée sur le dos, les genoux repliés sur le ventre.
  • Par voie endorectale. Cette pratique concerne uniquement les hommes, car elle vise à avoir un meilleur aperçu de la prostate. Plus petite (de la taille d’un stylet), la sonde est recouverte d’un préservatif et de gel pour être ensuite introduite dans le rectum du patient afin de visualiser correctement la prostate et la vessie. Pour pratiquer cette échographie, le patient est couché sur le côté avec un ou deux genoux repliés sur le ventre.

Pourquoi faire une échographie pelvienne ?

Il n’est pas rare qu’un médecin prescrive une échographie pelvienne à ses patients. Dans la majorité des cas, le médecin prescrit ce type d’échographie lorsqu’il suspecte un problème au niveau des organes génitaux internes ou de la vessie. Ce genre d’intervention est également pratiqué pour suivre l’évolution d’un précédent diagnostic.

C’est chez la femme que l’échographie pelvienne est principalement utilisée pour :

  • Un suivi de grossesse ;
  • Des douleurs pelviennes ou saignements vaginaux inexpliqués ;
  • Une étude de l’endomètre ;
  • Repérer des malformations utérines ;
  • Détecter d’éventuels kystes des ovaires, des polypes ou des fibromes utérins ;
  • Faire un bilan d’infertilité ;
  • Vérifier le positionnement du stérilet ;
  • Visualiser la vessie.

Comme évoquer précédemment, l’échographie pelvienne se pratique également sur les hommes pour :

  • Visualiser la prostate ;
  • Visualiser la vessie.

echographie pelvienne grossesse

Est-ce douloureux ?

L’échographie pelvienne est normalement indolore. Il est possible que la patiente ressente une gêne ou une sensation d’inconfort lors de l’introduction de la sonde dans le vagin ou dans le rectum.

À savoir, cet examen n’est pas pratiqué sur les jeunes filles n’ayant pas encore eu de rapport sexuel.

A quel stade de la grossesse procède-t-on à une échographie pelvienne ?

Une fois que la prise de sang a bien confirmé que vous êtes enceinte, il est temps de prendre rendez-vous pour votre première échographie.

Cette première échographie doit s’effectuer à environ 10 semaines d’aménorrhée.

Dans un premier temps, les médecins et les sages-femmes effectuent une échographie par voie abdominale, ce qui n’est pas toujours suffisant. C’est pourquoi ils pratiquent par la suite une échographie pelvienne par voie vaginale. L’image qu’offre ce type d’échographie est bien plus nette et précise.

L’échographie pelvienne par voie vaginale est directement effectuée si la patiente souffre d’embonpoint.

Quelle différence entre échographie abdominale et pelvienne ?

Quel que soit le cas, le principe de l’échographie reste le même. La différence, c’est que l’échographie abdominale va permettre au praticien de visualiser l’ensemble des organes présents dans l’abdomen : le pancréas, le foie, la vésicule biliaire, les voies biliaires, la rate et les reins. Quant à elle, l’échographie pelvienne permet de visualiser les organes présents au niveau du pelvis : organes génitaux internes, vessie, prostate.

Quelle quantité d’eau boire avant une échographie pelvienne ?

Il est recommandé d’arriver avec la vessie pleine lors d’une échographie pelvienne, cela permet une meilleure qualité de l’image. Pour avoir la vessie pleine, et ainsi optimiser le rendu de l’image, il est conseillé de boire au moins 50 cL d’eau, ce qui équivaut à une petite bouteille d’eau et de ne pas être allé uriner dans les deux heures suivant cette prise.

En résumé

Nous arrivons à la fin de cet article sur l’échographie pelvienne, il est temps d’effectuer un court résumé des points importants :

  • L’échographie pelvienne est un examen médical qui permet de visualiser la partie du pelvis (bassin) à l’aide d’ultrasons.
  • À l’aide de cette échographie, le médecin peut visualiser correctement les organes internes, notamment les organes génitaux internes, la vessie et la prostate.
  • Cet examen est souvent pratiqué sur les femmes, mais aussi sur les hommes.
  • Cet examen se pratique sous trois formes : par voie sus-pubienne, par voie intravaginale chez la femme et endorectale chez l’homme.
  • Il existe diverses raisons pour effectuer une échographie pelvienne.
  • Cet examen n’est généralement pas douloureux, même si une gêne peut subvenir lors de l’insertion de la sonde.
  • La différence entre l’échographie pelvienne et l’échographie abdominale c’est que l’une image l’ensemble du pelvis, et l’autre, tous les organes internes présents dans l’abdomen.
  • Il est recommandé de boire au minimum 50cL d’eau et de ne pas uriner avant une échographie pelvienne afin d’avoir un meilleur rendu de l’image.