Tummy time  qu’est-ce que c’est 

Bébé passe beaucoup de temps sur le dos. Pour le sommeil, mais aussi lors de ses phases d’éveil, pour découvrir son corps et jouer. Mais ce temps long passé sur le dos engendre chez certains bébés de la plagiocéphalie, ce que l’on appelle couramment « la tête plate », et/ou un manque de tonus musculaire. Le tummy time entend prévenir ces risques chez bébé. Qu’est-ce que le tummy time ? Présentation.

Tummy time : de quoi parle-t-on ?

Pendant ses premières semaines de vie, bébé passe la plupart de ses nuits et de ses journées sur le dos. La position est recommandée pour éviter la mort subite du nourrisson. Ses phases d’éveil aussi passent un temps par la position allongée, avant que bébé se retourne sur le ventre de lui-même au bout de quelques mois, suivant son développement neurologique et ses capacités motrices.

Le tummy time, terme anglo-saxon, signifie littéralement « temps sur le ventre ». Cela consiste à faire volontairement adopter à bébé une position ventrale.

Pour cela, bébé est stimulé pour qu’il bouge sa tête, à gauche ou à droite, puis ses membres. Ce, jusqu’à ce que son intérêt l’incite à se mettre sur le côté puis à se retourner complètement. 

Pendant le tummy time, bébé est donc très actif.

L’adulte peut l’aider dans le mouvement si besoin, notamment en basculement délicatement ses hanches. Il faut aussi savoir être à l’écoute de bébé pour ne pas le fatiguer excessivement. 

Dès qu’il présente des signes de fatigue, par exemple s’il ronchonne ou pleure, il est temps de mettre fin à la session. Installer bébé sur le côté peut l’aider à se détendre. Un massage peut aussi être apprécié, notamment un massage du dos en repliant ses jambes sur son ventre et en faisant de lents mouvements circulaires.

Comment faire un Tummy time ?

Tummy time

La pratique du tummy time se passe lorsque bébé est réveillé, pour un temps plus ou moins long selon les réactions de l’enfant. Quelques minutes quotidiennes suffisent pour faire profiter son bébé des bienfaits du tummy time. 

Toujours selon son âge et ses facultés motrices, bébé est incité à se retourner via la voix de son parent et/ou des jeux interactifs. Si besoin, il peut être accompagné dans le geste par un soutien au niveau des hanches ou du bas du dos.

Le tummy time peut se pratiquer au sol. Pour le confort et la sécurité de bébé, un support doux, pas trop froid et mou est à privilégier. Comme sur un tapis d’éveil par exemple. 

Il peut aussi être fait dans les bras de l’adulte, en plaçant bébé contre sa poitrine. Le rythme régulier de la respiration peut apaiser bébé et l’aider à apprécier une nouvelle position.

Pour des raisons évidentes de sécurité, le tummy time doit se faire sous la surveillance d’un adulte.

Les avantages du tummy time

Les adeptes du tummy time lui reconnaissent plusieurs bénéfices pour le bébé, pour son développement moteur mais pas seulement.

Lutter contre les déformations du crâne ou plagiocéphalie

Des bébés naissent avec la tête plate. Pour d’autres, l’arrière de la tête, là où elle est en contact avec le support dorsal, se déforme à force du maintien dans une seule et même position allongée. 

Varier les positions grâce au tummy time permet de prévenir la déformation de la boite crânienne, qui est encore molle chez un nourrisson et qui reste malléable jusqu’à l’âge de douze mois environ. 

Renforcer les muscles

Dès qu’il est sur le ventre, bébé a le réflexe de relever la tête et de s’appuyer sur ses avant-bras pour respirer et observer le monde qui l’entoure. 

Cela fait travailler ses muscles du dos, des épaules, des fesses, des bras qui sont beaucoup moins sollicités en position allongée. Les points d’appuis sont différents.

Avoir une bonne coordination et gérer la symétrie

La plagocéphalie n’est pas douloureuse. Cependant, elle est susceptible d’entrainer une dissymétrie chez l’enfant. Il est susceptible de mobiliser plus les membres de son corps sur un seul côté, ce qui peut impacter sa capacité à se mouvoir avec fluidité. 

En stimulant bébé avec le tummy time, c’est désagrément peuvent être évités ou diminués. Bébé prend tôt l’habitude d’utiliser toutes ses facultés motrices, et d’avoir son regard porté sur un plan horizontal.  

Éviter la propension aux torticolis

Les bébés qui présentent un aplatissement de l’arrière de leur boite crânienne ont une propension à souffrir de torticolis. Cela explique d’ailleurs pourquoi certains bébés tournent toujours leur tête du même côté. 

Placer bébé régulièrement sur le ventre prévient ce type de douleurs.

Mobiliser le langage plus rapidement

Pendant le tummy time, alors qu’il bouge sa tête de gauche à droite, bébé mobilise aussi sa langue. Ces différents mouvements sont utiles dans l’apprentissage du langage

Des accessoires pour jouer sur le ventre

Tummy time

Bien que facultatifs, des accessoires peuvent aider à la pratique du jeu interactif qu’est le tummy time. Il s’agit d’objets qui vont améliorer le confort de bébé ou éveiller son intérêt pour le motiver à adopter la position voulue (peluche, hochets, toys, puzzles bébé, jouets colorés). 

La voix et le regard, clés de l’interaction 

Le tummy time est un moment d’interaction en toute sécurité entre bébé et l’adulte qui anime l’atelier. La voix et le regard sont les principaux outils à mobiliser pendant la séance.

Coussins d’activité et tapis d’éveil 

Tummy time

Le tapis d’éveil est un support idéal pour installer bébé pour le tummy time. Doux et lavable, il dispose en plus de tout le nécessaire pour stimuler la curiosité de bébé : sons, lumières, couleurs…

Un coussin d’activité est aussi pratique : deux en un, il soutient bébé en étant placé sous ses bras, tout en lui proposant des jouets d’éveil.

Les jouets sonores et lumineux

Pour envoyer des stimulii à bébé incitatifs pour qu’il expérimente de nouvelles positions, il est possible d’utiliser des jouets premier âge pendant la séance tummy time. Un jouet sonore et/ou lumineux savamment placé hors de son champ de vision l’amènera à bouger sa tête et son corps pour essayer de le trouver.  

Le tummy time est une pratique saluée par des pédiatres et autres professionnels de la petite enfance. Elle concerne les nouveau-nés comme les bébés âgés de quelques mois. Mais il s’agit avant tout de rester à l’écoute de bébé pour vérifier sa réceptivité à un tel atelier de psychomotricité.